Utilisation des cookiesX
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptées à vos centres d'intérêt. Pour plus d'informations, gérer ou modifier les paramètres, cliquez ici.


Liens

Infos

Mes listes

Me connecter

Votre panier est vide

La FAQ: Des precisions médicales - L'acupuncture


Les paragraphes suivants,
tirés du CD-ROM "CD-CORPS HUMAIN"
vous permettront peut-être de vous faire votre propre opinion.


De nombreuses personnes nous ont demandé si le piercing pouvait interférer avec certains points d'acupuncture. L'acupuncture est basée sur l'existence des "méridiens", mais ceux-ci n'ont qu'une existance théorique et ne correspondent physiquement pas exactement au système nerveux.

Nous connaissons l'emplacement des nerfs principaux à éviter mais n'avons pu trouver aucune carte précise des méridiens. En admettant qu'un piercing puisse avoir des effets négatifs sur un point d'acupuncture, il suffirait d'enlever le bijou pour voir les symptômes disparaitre.

En effet, l'acupuncture n'est pas basée sur le fait de "faire des trous" mais sur l'action stimulante de l'aiguille sur un point précis de l'organisme.

Si vous craignez qu'un piercing puisse avoir des conséquences néfastes sur "l'équilibre de votre corps", les seuls conseils que nous puissions vous donner sont de ne pas vous faire percer ou de consulter un acupuncteur !

 

L'acupuncture est utilisée en Chine depuis des milliers d'années.

 

C'est une méthode utilisée pour restaurer "l'équilibre de la vie". Plusieurs théories tentent d'expliquer le pourquoi et le comment de son fonctionnement, mais les médecins n'arrivent toujours pas à comprendre son mécanisme. Même si l'acupuncture se révèle efficace dans certains cas, elle peut également, si elle n'est pas pratiquée correctement, provoquer des infections et des lésions au niveau des nerfs, des vaisseaux ou des différents organes.

 

D'après le Taoïsme, croyance selon laquelle l'homme ne ferait qu'un avec l'univers et que toute vie serait imprégnée de l'énergie vitale du chi, toutes les expériences que nous vivons ont des opposés, comme le chaud et le froid, le jour et la nuit. Ces forces opposées sont appelées le Yin et le Yang. Elles fusionnent et se complètent tout au long de notre vie, créant ainsi un équilibre entre l'homme et le monde qui l'entoure. Le Yin et le Yang sont des énergies qui stimulent la circulation du chi dans le corps. Le chi est une force vitale indispensable pour créer l'équilibre qui circule à travers tout le corps, le long de voies ou de canaux précis, appelés "méridiens". Le Yin est une énergie négative, comme la terre, la lune, l'obscurité, l'humidité et les entités féminines. Le Yang est une énergie positive, comme le paradis, le soleil, le jour, la sécheresse et les entités masculines. L'idée selon laquelle il existe des énergies positives et négatives peut être comparée à ce que les physiciens d'aujourd'hui appellent les protons (particules positives) et les électrons (particules négatives). Ces deux forces sont équivalentes. Nous sommes en bonne santé lorsque ces énergies sont équilibrées l'une par rapport à l'autre. Les facteurs extérieurs, comme les traumatismes, une alimentation déséquilibrée, le stress et l'anxiété peuvent affecter le flux de ces énergies et inhiber ainsi le flux du chi. La stimulation de certains points situés le long des méridiens à l'aide d'aiguilles, comme dans l'acupuncture, permet de contrôler le flux du chi en attirant soit une énergie Yin, soit une énergie Yang vers une région où, l'une ou l'autre est insuffisante, ou en dispersant un excès d'énergie qui se serait accumulé dans une région. L'acupuncture peut aussi être utilisée pour soigner un blocage.

 

En stimulant certains points situés le long des méridiens, les acupuncteurs sont en mesure de diriger le flux de chi en attirant l'énergie vers une zone défaillante ou en dispersant un excès d'énergie qui s'est accumulé dans une région du corps.

 

Une théorie occidentale populaire utilisée pour expliquer le succès de l'acupuncture se base sur les endorphines. Selon cette théorie, l'introduction des aiguilles d'acupuncture stimule la libération de substances chimiques analgésiques appelées "endorphines" et "enképhalines". En 1973, on a découvert dans le corps la présence de sites ayant des récepteurs d'opioïdes. Ces sites sont situés près des synapses et il en existe aussi dans la corne supérieure de la moelle épinière. Cette découverte laisse supposer que le corps doit également avoir ses propres substances opioïdes pour ces récepteurs. En 1975 furent découverts deux petits pentapeptides, appelés enképhalines, qui se trouvent naturellement présents dans tout l'organisme. Les enképhalines sont étroitement liées aux opiacés et à l'activité analgésique, bien que leurs effets soient de courte durée et qu'elles soient facilement dégradées par l'organisme. Les endorphines sont des protéines dotées de puissantes propriétés analgésiques, qui sont naturellement présentes dans l'organisme. On les trouve dans le thalamus et dans d'autres parties du cerveau, mais elles sont absentes de la moelle épinière. Les endorphines sont des molécules plus volumineuses que les enképhalines et elles jouissent d'une durée de vie plus longue dans l'organisme. On pense qu'elles jouent un rôle important dans la lutte contre la douleur et dans la libération de certaines hormones, comme par exemple l'hormone de croissance sécrétée par l'hypophyse et la prolactine. Lorsque l'acupuncteur stimule la libération d'endorphines et d'enképhalines, celles-ci circulent dans le corps et atteignent le cerveau où elles activent un mécanisme qui inhibe les messages de douleur, ce qui provoque une diminution des symptômes, mais sans que la cause soit traitée.

 

Une autre théorie occidentale populaire servant à expliquer l'efficacité de l'acupuncture est la "théorie du portillon". Sous la peau se trouve un vaste réseau de nerfs et la plupart des importants filets nerveux constituant ce réseau coïncident avec les trajets des méridiens utilisés en acupuncture. En simplifiant, on peut dire que ces nerfs transmettent des messages au cerveau qui les convertit en sensations et qui nous fournit ainsi des renseignements sur notre corps. Selon la théorie du portillon, la transmission des messages de douleur est permise ou inhibée par des portillons qui s'ouvrent ou se ferment, selon l'équilibre entre l'activité des nerfs excitateurs et inhibiteurs. On pense que l'acupuncture agit sur la transmission des impulsions au système nerveux central, provoquant ainsi la fermeture de certains portillons neurologiques et donc un blocage de la transmission des impulsions de douleur venant d'autres parties du corps. Cette méthode est efficace pour réduire la sensation de douleur, mais elle ne s'attaque pas à la cause de la douleur.

 

Il y a environ un millier de points d'acupuncture sur le corps. Tous ces points sont situés le long des méridiens. On pense que la douleur ressentie dans une partie de l'organisme est en fait le symptôme d'un problème situé dans une autre région du corps. Du fait que le chi circule le long des canaux des méridiens, la douleur peut être ressentie sur une partie du trajet du méridien, alors que l'origine du problème se trouve dans une autre région située le long de ce méridien. L'acupuncture agit sur la distribution du Yin et du Yang le long des méridiens, pour permettre au chi de circuler librement et harmonieusement, rétablissant ainsi l'équilibre.

Il y a douze méridiens principaux dans le corps. Chaque voie est associée à un organe viscéral majeur, comme le foie, le rein et le coeur. Les méridiens courent le long des principales parties du corps, comme les bras et les jambes, et se terminent au bout des doigts et des orteils. Les énergies du Yin et du Yang circulent à travers les méridiens du corps. Le flux des énergies du Yin et du Yang peut être stimulé en piquant certains points à la surface du corps, par lesquels passent les méridiens. Il y a environ un millier de points d'acupuncture sur le corps, situés le long des méridiens. La localisation de ces points est indiquée par des schémas chinois antiques d'acupuncture, mais il y a encore aujourd'hui des doutes sur l'emplacement précis de chacun de ces points. En équilibrant les forces du Yin et du Yang, le chi peut circuler librement et harmonieusement dans le corps, ce qui permet de rétablir l'équilibre et le bien-être.

 

Le flux des énergies du Yin et du Yang peut être stimulé en piquant certains points à la surface du corps, par lesquels passent les méridiens. Pour cela, on utilise de très fines aiguilles stériles en acier inoxydable. L'aiguille est fine et souple et peut être introduite au niveau de l'un des mille points situés le long des méridiens. L'acupuncteur détermine le point spécifique selon la région qu'il veut stimuler. Les mains, les avant-bras, les jambes, les pieds, le dos, l'abdomen et les oreilles sont les endroits que l'on pique le plus souvent. Les aiguilles ont une longueur variable qui peut aller de 12 mm à plusieurs centimètres, selon les différentes parties de l'organisme à traiter. Leur extrémité peut être légèrement en pointe ou être très fine. Généralement, les aiguilles sont introduites à une très grande distance du point qu'elles sont censées traiter. Par exemple, une aiguille introduite dans la pulpe du pouce produit un effet analgésique sur l'abdomen. Cela est dû au flux d'énergie qui circule le long des méridiens. Pendant l'opération, les aiguilles sont introduites à une profondeur allant de 3 à 10 mm. Lorsque l'aiguille est introduite, le patient peut ressentir une légère piqûre, des fourmillements, un engourdissement, une douleur, ou rien du tout.

 

Certaines opérations nécessitent que l'on enfonce l'aiguille de presque 25 mm. Une fois que l'aiguille est introduite, on peut la faire pivoter ou la connecter à un courant alternatif de faible tension pour toute la durée de la séance. On peut utiliser de 2 à 20 aiguilles, ou plus. Les aiguilles fines ne provoquent aucune lésion des tissus et normalement aucun saignement. Les points situés dans l'oreille et sur le visage peuvent cependant provoquer des saignements car dans ces régions, la peau est richement vascularisée. Les aiguilles restent en place pendant autant de temps que l'acupuncteur le juge nécessaire. Elles ont un effet anesthésiant si puissant qu'en les utilisant, des médecins ont pu pratiquer une chirurgie du cerveau sur un patient conscient.

 

 

retour page précédente